Moche. Grosse. Vieille. Flasque. L’obsession de l’image corporelle demeure un débat intarissable. Que la personne qui a toujours été satisfaite à 100% par rapport à ses attributs physiques lance la première pierre. Coup d’œil sur La revanche des moches. Un livre fascinant sur la quête de l’inatteignable beauté. À dévorer dans vos temps libres.

L’obsession de l’image transcende les sexes et les générations. Le corps est utilisé comme outil de marketing dans le domaine de la mode, des cosmétiques et dans les médias. Il sert à faire rêver. À vendre. Le corps représente la beauté, la richesse et la jeunesse. Pour d’autres, le culte de l’apparence physique constitue un véritable cauchemar.

Dans les premières pages de La revanche des moches, on lit que 62% des Québécoises ressentent une pression pour perdre du poids. On découvre aussi que les dépenses en régimes et en produits amaigrissants représentent 50 milliards de dollars US par année en Amérique du Nord, selon l’Association médicale canadienne. Du point de vue de Léa Clermont-Dion, féministe et auteure, son premier livre est « un regard critique sur une obsession collective et individuelle qui nous touche tous de près ou de loin, un jour ou l’autre ».

LaRevancheDesMoches

Quand les personnalités publiques se confient

Dans La revanche des moches, près d’une vingtaine de personnalités publiques se confient sur leur rapport difficile avec leur corps. Et plusieurs experts jettent un regard sur ce phénomène vieux comme le monde. Sociologue, artistes, auteurs, comédiens, danseurs, animateurs, modèle nu, designer de mode, économiste, éditrice de magazines, journaliste et relationniste nous dévoilent leur vision personnelle par rapport à ce sujet délicat, mais répandu, qu’est l’obsession de l’image. On s’étonne peu en constatant que l’obsession du corps gruge autant les femmes que les hommes, dans notre société de performance.

Ariane Moffatt considère que le corps est traité comme une PME. Pour Pierre Lapointe, le culte de la jeunesse est l’idéal médiatisé. Dave St-Pierre en a marre des apparences, du plastique, de toute cette tyrannie. Simon Boulerice et Marc Béland parlent d’anorexie chez les hommes. Geneviève Guérard discute de son obsession pour la minceur. Maryse Deraîche, ex-obèse connue pour son article Qui gagne perd… dans Urbania, témoigne de l’ostracisation des gens en surpoids dans la société.

Pol Pelletier parle du lien indestructible entre la femme et la beauté. Fabien Loszach, sociologue, dépeint l’histoire tragique de Nelly Arcan. Denis Gagnon préfère les mannequins filiformes, mais aussi belles à l’intérieur qu’à l’extérieur. Francine Pelletier aborde le sujet de l’obsession de la jeunesse à l’écran et de la difficulté, pour une femme, d’évoluer dans le monde des médias en vieillissant. Les comédiens Marc-André Grondin et Bianca Gervais insistent sur l’importance de bien choisir l’image que l’on veut projeter.

Plusieurs facettes de l’image sont abordées dans ce livre très bien documenté, rempli de statistiques et divisé en six chapitres. Chaque section propose un nouveau thème.

1- Le corps: la définition du « beau » et ses critères
2- Le ventre: l’obsession du poids
3- Les pieds: les racines historiques de notre recherche de beauté
4- Les mains: la marchandisation du corps et ceux dont le corps est leur gagne-pain
5- Le visage: l’industrie de la beauté, principalement le maquillage et la chirurgie
6- Les yeux: la notion de l’image

 

Le journal intime d’une battante

Lorsque j’ai lu la biographie de l’auteure et son livre, un seul mot m’a traversé l’esprit: « Wow. » Léa Clermont-Dion est une jeune femme brillante et inspirante. À 22 ans, elle publie son premier livre La revanche des moches. Elle est aussi conférencière, chroniqueuse, blogueuse, réalisatrice et co-instigatrice de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée.

Jeune, elle se trouvait moche. Elle se voyait grosse. Elle désirait mourir tellement elle se haïssait. Ce livre est pour elle une quête dont l’objectif est la compréhension de cette obsession maladive de l’image.

Tout au long de la lecture de cette enquête, elle nous surprend par son audace, sa ténacité et son honnêteté. La revanche des moches est un livre ouvert sur ses pensées intimes, ses questionnements et ses doutes. Sur un sujet personnel qui lui tient à cœur. Une bataille qu’elle a décidé de mener de front. Et qu’elle a gagné. Une belle revanche!

On aime ce livre

Pour ses nombreuses anecdotes, les témoignages personnels remplis de vérité, les magnifiques esquisses tout au long des chapitres, les citations inspirantes, les statistiques qui choquent et qui font réfléchir, la transparence totale de l’auteure et sa quête de sens face à l’industrie de la beauté qu’elle juge aliénante.


Bonne lecture!
Sabrina C. Professionnelle & Fabuleuse… en devenir!

Share Button